Temps, économie et fin du monde

Publié le 6 Août 2011

Un petit billet sur le climat. Ou plutôt sur les climats. En effet, que ce soit le temps, la bourse, l'économie, l'agriculture ou encore l'énergie, il n'y a pas à dire, on est loin du beau fixe sur la France !

Passons sur la bourse et l'économie qui à mon sens sont des vestiges de la civilisation occidentale des 19ème et 20ème siècles et qui vont devoir s'adapter à plus d'un titre pour proposer des projets de société acceptables.

Pour le temps, après un printemps extraordinaire, on a un été, et notamment un mois de juillet, tout simplement pourri comme cela ne s'était pas vu depuis 30 ans. On est loin de la sécheresse tant redoutée même si cela aura un impact tout aussi important, notamment sur le cours des matières premières agricoles et sur les prix des produits alimentaires in fine.

Surtout que l'autre indicateur pour les matières premières, le pétrole, est toujours, lui, en ascension. Plus de 100$ hier le baril à New-York Londres (malgré ce qu'indique Le Monde, il s'agit du Brent, pas du Light sweet crude qui est légèrement moins cher, en ce moment d'une vingtaine de dollars). Pas étonnant que certains américains prennent des crédits pour régler l'augmentaiton de leurs factures de carburant. Et nous ne sommes qu'en été ! Si cela se poursuit cet hiver, ce sera bien pire ...

Tout cela pour dire que le projet, que dis-je, la nécessité de réduire drastiquement sa consommation d'énergie (y compris grise, c'est-à-dire nécessaire pour produire les biens que nous achetons) est toujours de rigueur. Terme également polysémique.

Bref, continuons à réduire notre consommation, tout en consommant mieux et surtout en pensant non seulement aux générations futures mais également aux prochaines années qui risquent d'être tendues à plus d'un titre.

Rédigé par Teknofil

Publié dans #Teknofil

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philippe 06/08/2011 14:45


pas gai tout ca ...


Teknofil 06/08/2011 19:51



C'est sûr. Et il y a plus de raisons d'être pessimiste que pour être optimiste ...