Econologie 2012

Publié le 1 Janvier 2012

Nouveau bilan d'étape sur la démarche du Philou/5 (petit rappel : l'objectif est de diviser par 4 voire 5 sa consommation d'énergie, directe et indirecte). Pour cela, des changements de comportement (ne plus acheter le dernier gadget à la mode, manger moins de viande, des produits locaux, etc.).

Pour la consommation directe, voilà les derniers chiffres, en y ajoutant une nouvelle colonne (l'eau) :

EDF 2006 GDF 2006 Eau 2006
2 368 KWH 22 054 KWH 78 m3
142 kilos de CO2 5 072 Kilos de CO2  
     
EDF 2007 GDF 2007 Eau 2007
2 651 KWH 16 933 KWH 63 m3
159 kilos de CO2 3 894 kilos de CO2  
     
EDF 2008 GDF 2008 Eau 2008
2 789 KWH 12 863 KWH 62 m3
167 kilos de CO2 2 958 kilos de CO2  
     
EDF 2009 GDF 2009 Eau 2009
2 647 KWH 10 043 KWH 52 m3
158 kilos de CO2 2 309 kilos de CO2  
     
EDF 2010 GDF 2010 Eau 2010
2 749 KWH 10 987 KWH 54 m3
165 kilos de CO2 2 527 kilos de CO2  
     
EDF 2011 GDF 2011 Eau 2011
3416 KWH 13 117 KWH 74 m3
205 kilos de CO2 3 017 kilos de CO2  

Une vraie catastrophe (relative) : +20% pour le gaz et l'électricité, +40% pour l'eau.

Cela s'explique par le changement d'habitation, le passage en collectif (pour le chauffage notamment) et surtout par une location (pour l'eau) où les moyens d'agir n'ont pas été identifité tout de suite (chasse d'eau éconologique 3/6 litres).

Toutefois, le nouveau logement (chauffage collectif & cumulus) aura une invariante (les 15.000KWH pour le chauffage) mais d'autres avantages (moyenne mensuelle électrique modérée et surtout baisse plus que sensible de la consommation d'eau à moins de 3m3 par mois).

Les moyens d'action sont là aussi clairement identifiés : désolidarisation de la chaudière collective (du quartier) et isolation de l'immeuble (toit et murs, les fenêtres étant déjà en double vitrage). L'objectif serait de faire une économie de 20 à 40%.

Enfin il y a une autre composante non négligeable sur laquelle 2011 a été une bonne année : la réduction de mes déplacements automobiles, de 20.000 à 10.000 kilomètres, soit 1.500 kilos de CO2 en moins mais en partie compensés par des kwh liés aux transports en commun, train en particulier (estimation à la louche de 375 kilos de CO2 à raison de 10 grammes par kilomètre et voyageur pour le TGV et 25 pour le train de banlieue/RER/métro).

Rédigé par Teknofil

Publié dans #Planète

Repost 0
Commenter cet article