Taxe carbone

Publié le 4 Juillet 2009

Cette fameuse taxe carbone, que mon maître à penser écologique (JMJ, rien à voir avec le rendez-vous des catholiques soit dit en passant) a aidé à théoriser, qui est appliquée depuis près de 20 ans en Suède (avec succès d'ailleurs) et que l'on voit au centre d'un conflit d'intérêt plus ou moins important en France.

D'une part, les grosses entreprises qui devront sortir le porte-monnaie parce qu'elles usent et abusent de l'énergie bon marché. A côté de ces dernières, les concitoyens, plutôt en deux mots d'ailleurs, qui en font de même, avec à leur tête l'UFC Que choisir (ce n'est pas parce qu'il s'agit d'une association de consommateurs que ça détient autant de bon sens que la somme des lecteurs, bien au contraire).

D'autre part, les écocitoyens et les queques rares politiques qui ont compris que la seule façon de faire changer les mentalités est de taxer. C'est triste, mais c'est comme ça. De plus, l'exemple de la TIPP nous a clairement indiqué que c'était doublement, pour ne pas dire triplement, bénéfique :
- cela pousse à moins consommer
- cela amortit les hausses brutales des cours pétroliers (contrairement à la TVA qui est proportionnelle)
- cela aide notablement les finances publiques (en l'occurence à la hauteur des bénéfices de l'impôt sur le revenu)

Du coup, pourquoi une telle haine ? Simplement parce qu'il s'agit de la prise en compte du plus grand bouleversement du siècle : non seulement le changement climatique mais aussi/surtout la raréfaction des énergies fossiles. Bien que faisant partie de ceux qui pensent qu'il y aura toujours assez d'énergie (solaire, éolienne, hydrolique, etc.) et que nous verrons d'ici la fin du siècle la société de l'hydrogène sous une forme ou sous une autre, il est nécessaire de se rendre compte que nos habitudes de consommation vont changer : télétravail ou travail local (pour y aller à pied, en bus ou en vélo) ; voyages plus rares et plus onéreux, etc.

Dès lors, la taxe carbone me semble non seulement une bonne chose, mais une chose nécessaire qui servira à la fois de guide et d'amortisseur dans la crise énergétique maheure à venir (mais qui est déjà en cours) !

Rédigé par Teknofil

Publié dans #Politique

Repost 0
Commenter cet article

Philippe 07/07/2009 07:28

Je confirme. Ca sera compensé intégralement. Après faut voir les modalités : chèque ? Crédit d'impôt ? Transfert de taxe ?

http://technofil.over-blog.com/article-33535509.html

Philippe 05/07/2009 00:30

Pour la taxe l'avenir le dira.

Pour le reste je suis entièrement d'accord. Il faut imposer les choix. Mais pour l'instant on a vu beaucoup de moulinet et peu d'acte ...

Philippe 04/07/2009 13:46

Je pense que c'est aussi très mal expliqué. Quand on dit taxe on pense taxe nouvelle. Alors que là c'est une taxe de substitution ... Mais c'est sûr que ca ne fait pas plaisir aux entreprises ...

Teknofil 04/07/2009 13:54


Je ne pense pas que ce soit une taxe de substitution, au contraire c'est une bien une taxe nouvelle. Mais dont les recettes devraient permettre aux plus modestes d'adopter des pratiques plus
écocitoyennes.

Pour ma part, je reste persuader que tant le litre de carburant sera en-dessous de 5 euros (aux salaires d'aujourd'hui) et l'énergie (électricité comme gaz) aussi bon marché (moins de 15 centimes
le KWH), il n'y a pas de risque de voir les comportements évoluer (le luxe est trop bon marché !). Alors, soit on attend des changements brutaux (cf. ce qui s'est passé l'an dernier avec le fioul
ET qui recommence cette année) soit on oriente le marché (ou plutôt les consommaterus) vers des bonnes pratiques ...