Turbo, compresseur et injection directe

Publié le 29 Juin 2008

Voilà trois solutions qui semblent promises à un bel avenir chez tous les constructeurs. Déjà appliquées au diesel, elles feront également merveille sur les motorisations essences et d'autant plus si elles sont flex-fuel.

En effet, la consommation d'essence n'est pas excessive tant que l'on ne monte pas trop dans les tours (bien que ce soit toujours tentant) et l'utilisation de ces technologies permet d'obtenir un couple impresionnant dès les plus bas régimes sans avoir le bruit agricole des diesel. Dès lors que le litre d'essence et de mazout flirtent avec les mêmes sommets, pourquoi se priver ?

C'est pourquoi Audi est en train de métamorphoser sa palette de moteurs essence avec notamment un nouveau 2L TFSI de 211cv et 350Nm de couple mais surtout un gros V6 3L TFSI de 290v et 420Nm permettant sur les limousines du groupe de passer sous la barre des 10 litres aux 100 kilomètres, même avec la transmission intégrale Quattro.

L'intérêt est donc d'avoir d'excellents rendements avec une consommation limitée. Ainsi, l'A5 équipée du 4 cylindres émet moins de 155 grammes de CO2 par kilomètre. Aucun diesel de puissance équivalente ne fait mieux ...

Source : Moteur Nature

Rédigé par Teknofil

Publié dans #Automobile

Repost 0
Commenter cet article